À jours clandestins

Vue de l’exposition DIA, la Chaufferie, Strasbourg, janvier 2009.

Série de 3 photographies, tirages numériques sur papier perlée,
contrecollées sur allu dibonde. 50x75cm.
Vue de l’exposition DIA, la Chaufferie, Strasbourg, janvier 2009. Montrer ce qui n’existe pas ou un imaginaire devenant évident, sensible. Dans mes photos, les modifications apportées produisent de l’étrangeté : le noir prend place, bouche la vision, troue et aplatit la perception des volumes. Dans un lieu urbain, l’ombre est toujours présente, même la nuit. Elle est la face cachée ou comme le fragment d’un iceberg que l’on croiserait en pleine mer. Part d’angoisse révélée d’une vie jusqu’alors dépourvue de souci.